Soin de la peau et des ongles

Comment prendre soin de sa peau ?


L’impact du traitement sur la peau dépend des médicaments, du dosage et du type de peau (les blondes aux yeux bleus seront plus vigilantes).

 

Sous l’effet de la chimiothérapie, la peau peut devenir :

  • plus sèche (les glandes sécrètent moins de sébum)
  • plus délicate (facilement irritée par certains textiles et cosmétiques)
  • plus sensible au soleil
  • couleur du teint un peu différente, rougeurs

 

Dans ce cas, pas de panique, des femmes vivent en permanence avec ce type de peau. Opter pour des produits estampillés « peau sensible et sèche » ou « hypoallergénique » ne contenant ni alcool ni parfum (p.ex. Excipial/Spirig, La Roche-Posay, Avène, Eucerin en pharmacie ou autres marques en magasin). Valable pour crème hydratante, crème solaire, lait corporel, gel douche, démaquillant, tonique, shampoing.

 

Si la couleur du teint change, une touche de maquillage s’impose.

 

Garder à l’esprit que ces problèmes sont temporaires. La peau commence à se régénérer 5-6 semaines après le traitement.

 

Astuces anti-sécheresse :

  • On y va généreusement sur la crème hydratante, le baume à lèvre et le lait corporel (qui pénètre mieux sur peau humide après la douche)
  • Préférer les douches rapides aux longs bains chauds qui dessèchent la peau. Si l’appel du bain prend le dessus, on ajoute de l’huile d’amande douce dans l’eau.
  • On adopte un humidificateur, surtout l’hiver
  • L’alimentation affecte la peau plus qu’on ne l’imagine. Boire beaucoup (2-3 litres par jour) et penser aux aliments riches en acides gras (p.ex. huile d’olive, huile de colza, poisson gras, amandes).
  • L’activité physique oxygène et irrigue la peau
  • Sécheresse vaginale ? Appliquer quotidiennement et avant les rapports une crème grasse (p.ex. Deumavan en pharmacie ou droguerie). Pour refaire la flore vaginale, utiliser de l’acide lactique (p.ex. Vagoclyss). Si ça ne suffit pas, le médecin prescrit des ovules vaginales (p.ex. Colpotrophine).

Astuces anti-irritation :

  • Opter pour des produits sans parfum ni alcool
  • Non aux peelings, autobronzants, huiles essentielles
  • Utiliser un produit à lessive doux, éviter l’adoucissant et porter des vêtements amples en coton, lin ou soie
  • Attention à l’eau trop chaude qui ravive les démangeaisons
  • Le médecin peut prescrire des crèmes en cas de fortes démangeaisons

 

Voir aussi :

 

Puis-je lézarder au soleil ?

 

Du tout ! Côté bronzette, mieux vaut faire un break pendant la chimiothérapie et la radiothérapie. Ces traitements rendent la peau ultra sensible au soleil. Le risque ? eczémas, brûlures et taches de pigmentation irréversibles. Conclusion : chapeau de paille, habits légers et crème solaire 50+ sont nos meilleurs amis au soleil. Une fois le traitement terminé, garder le réflexe crème solaire car la peau peut rester plus sensible au soleil.

 

Puis-je faire un soin du visage en institut ?

 

Envie d’un coup de pouce pour adoucir les effets du traitement ? Filer chez l’esthéticienne mais attention à adapter le soin. Demander un soin hydratant doux sans produits abrasifs ni vapeur et terminer par un massage.

 

Comment garder de beaux ongles ?

 

Là aussi, l’impact du traitement dépend des médicaments, du dosage et de la résistance des ongles.

 

La bête noire des ongles ? le Taxotère, mais il n’est pas toujours prescrit (demander au médecin). Avec ce médicament, les ongles peuvent devenir cassants, colorés, ondulés, voire se détacher. La parade ? Porter des gants et chaussettes réfrigérés pendant la séance de chimiothérapie. Le froid diminue la circulation sanguine et donc l’arrivée des médicaments à la racine des ongles. Cette méthode est efficace et sans risque. Contrairement au casque réfrigérant qui pourrait présenter un petit risque de métastases du cuir chevelu (pas encore prouvé), les gants sont sans danger car il n’y a jamais de métastase dans les mains et les pieds.

 

On peut aussi utiliser un vernis à ongles durcisseur au silicium (p.ex. Silicium Care de La Roche-Posay) : 2 couches de vernis transparent pour durcir, 2 couches de vernis foncé pour bloquer la lumière du jour, 1 couche de top coat pour fixer. A appliquer la veille de la chimiothérapie et garder pendant une semaine. Opter pour un dissolvant sans acétone.

 

Autre coup de pouce : un petit massage quotidien de la racine des ongles et des cuticules avec de l’huile d’amande douce ou une crème riche pour mains et ongles.

 

Si les ongles se détachent, stop au vernis et gare aux infections.

 

Autres réflexes à adopter sous Taxotère : tartiner de crème la plante des pieds (p.ex. Pedic de la Migros ou autre crème riche en urée) et la paume des mains. Porter des gants pour les travaux ménagers.

 

Une manucure ? OK, mais les instruments doivent être stériles pour éviter toute infection. Les cuticules ne doivent pas être coupées. Utiliser une lime jetable en carton et limer l’ongle toujours dans la même direction pour le rendre moins cassant. Couper les ongles des pieds pas trop court avec un coupe-ongle après la douche.

 

Des faux ongles ? A éviter pendant la chimio et radiothérapie (produits chimiques ultra irritants). On les retire avant le début du traitement.

 

Garder à l’esprit que ces problèmes sont temporaires. A la fin du traitement, les ongles repoussent normalement.

 

Mes dents sont-elles touchées ?

 

Les dents souffrent aussi pendant le traitement car les médicaments modifient la composition de la salive et peuvent favoriser les caries. Au rayon hygiène dentaire, deux maîtres mots : régularité (après chaque repas) et douceur (brosse à dent souple, dentifrice non agressif, bains de bouche non irritants). Une visite chez le dentiste s’impose avant le traitement pour régler tout problème, et après le traitement pour un contrôle.

 

Mes yeux sont irrités, que faire ?

 

Les médicaments de la chimiothérapie peuvent rendre les yeux secs. Solution : mettre des larmes artificielles plusieurs fois par jour. Gêne pendant la nuit ? se faire prescrire une pommade spécifique chez un ophtalmo.

 

Sans cils, les yeux ne sont pas protégés de la poussière et peuvent s’irriter. La parade ? porter des lunettes de vue et des solaires à l’extérieur pour une protection contre la poussière et le vent glacé.

 

Les narines, la bouche et les muqueuses en général peuvent aussi souffrir de sècheresse. On trouvera des conseils sur la page de l’espace cancer du CHUV.